Le bonheur! Un mot de 7 lettres qui signifie tellement.  

Par Emanuelle Ducharme

Il est difficile de définir le bonheur, à cause de la complexité à le trouver. Je considère avoir longtemps confondu bonheur et joie éphémère. Vous savez cette émotion qui, à cause d’un gain, d’un voyage, d’un évènement stimulant ou d’un coup de foudre, nous fait palpiter le cœur?

Et puis, un jour, j’ai réalisé qu’il était épuisant de poursuivre des joies éphémères et que j’avais envie de me sentir apaisée amoureuse, émerveillée, non pas seulement l’histoire d’un instant, mais constamment par tout ce qui m’entoure. Je veux ressentir le bonheur en permanence, même si je pleure — et Dieu sait que je pleure souvent —, mais je sais aujourd’hui que cette émotion est provisoire. Mon bonheur profond, aucun évènement extérieur n’arrivera à l’ébranler.

Le bonheur, pour moi, c’est prendre le temps de sentir l’air entrer dans mes poumons et en ressortir pendant mes méditations. C’est de regarder la nature et le ciel, et de me sentir enveloppée par sa douceur et par ses couleurs. C’est de pouvoir croquer dans une pomme ou de sentir l’odeur du basilic frais. C’est la sensation des joues rouges après une longue marche dans le froid. Mon bonheur véritable ne dépend pas de mon statut social, d’une belle maison, de grandes soirées arrosées au champagne, mais il résulte bel et bien de tous les petits moments de ma journée.

Le bonheur, c’est l’évolution et la prise de conscience d’un client; l’odeur d’un feu de foyer; le ronronnement de Doune (mon chat ☺), qui partage maintenant ma vie depuis 16 ans; le sourire d’un inconnu que je croise dans la rue; la compassion que j’offre à ceux qui vivent des moments difficiles. Il réside dans les moments en famille, entre amis où nous ressentons l’amour et le respect de nos différences.

Mon bonheur n’est pas un feu d’artifice, mais l’appréciation de la vie dans sa plus simple expression, avec toutes les joies et les tristesses que celle-ci comporte. Le bonheur n’est-il pas le chemin vers une totale harmonie intérieure et une connexion profonde avec le monde qui nous entoure?

C’est un travail sur soi-même qu’il faut faire durant toute une vie pour rester dans le présent, malgré tous les tourbillons et responsabilités qui peuplent le quotidien. C’est le respect de l’évolution de chacun et l’amour inconditionnel pour ceux qui partagent notre vie. C’est aussi d’apprendre à rire tous les jours. Voici un extrait de L’âme du monde de Frédéric Lenoir qui explique bien pourquoi je mentionne le rire :

«Cultivez la bonne humeur, la gaieté, l’humour! Rien n’est pire qu’un homme sans humour, qui ne voit dans l’existence que le sérieux, le tragique ou l’utile. L’humour ne sert à rien, mais il n’y a rien de plus indispensable à une existence heureuse. L’humour ne nie pas le tragique, mais le détourne, crée un recul avec la douleur, et peut transformer les larmes en rire…»

Mon bonheur, c’est d’apprécier de pouvoir vibrer, de m’exalter, de m’intégrer… d’avoir reçu l’opportunité de VIVRE tout simplement!!!

Emanuelle Ducharme

Emanuelle Ducharme

Pourquoi un nom comme la casseuse de party?

Certaines vérités ne sont pas toujours agréables à entendre, il est possible qu’elle en évoque quelques-unes que vous aurez à travailler afin de vous épanouir dans toutes les sphères de votre vie. En ouvrant notre esprit à une réalité différente, nous laissons place à une perception nouvelle qui permet de modifier certains de nos comportements destructeurs.

Amour, Partage et Épanouissement. Voici les trois valeurs essentielles à son bonheur. Elles lui donnent la possibilité aujourd’hui de s’ouvrir ainsi à vous.

Après tout, l’acceptation de notre imperfection est souvent plus difficile que le reste du travail en soi.