La quête du bonheur !

Par Janie Garneau

Tous, à un moment ou à un autre de notre vie, nous avons été à la recherche du bonheur. Je dirais même que, pour certains, c’est une quête perpétuelle ne trouvant pas toujours sa finalité. Malheureusement, je crois que ces personnes ne recherchent pas au bon endroit.
Combien de fois ai-je entendu : « Ah ! Elle, ce n’est pas pareil, elle est douée pour le bonheur. Moi, je n’étais pas là quand il a été distribué. » Je ne suis pas totalement en désaccord, il y a effectivement des gens qui ont le bonheur plus facile que d’autres. Par contre, je crois que nous pouvons tous l’atteindre. Tout d’abord, en faisant une introspection de nous-mêmes, en se regardant les yeux dans les yeux, avec franchise, puis en modifiant nos habitudes de pensée. Le changement doit provenir de l’intérieur.

Combien de fois ai-je entendu : « Ah ! Je serai heureuse lorsque j’aurai plus d’argent ! », ou encore « Ah! Quand j’aurai une maison, que je vais être bien et heureux ! ». Non. Je ne suis pas d’accord. Le bonheur ne s’achète pas. Il n’est pas matériel. Le bonheur se crée. Et cette création doit provenir de l’intérieur de nous. Oui, les événements joyeux apportent un baume sur le cœur, mais à long terme, la solution n’y est pas. Ce sentiment d’euphorie apporté par des biens matériels s’estompera inévitablement, pour laisser place, encore une fois, à un profond vide intérieur.

Le bonheur est composé de petits riens. À mon sens, le bonheur est un état d’esprit, purement et simplement. Nous n’avons qu’à regarder les tout-petits, ils savent si bien s’y prendre avec le bonheur. Ils sont carrément dans l’instant présent. Ils s’émerveillent de chaque petite beauté de la nature, de chaque découverte, de chaque fois où leur cœur se gonfle d’amour ou encore, de chaque fête leur apportant excitation et joie. Comme ils sont chanceux d’être bien ancrés dans le moment présent ! Et ils n’en ont pas conscience. Ils ne se soucient ni des conséquences, ni du lendemain, ils sont simplement là, ici et maintenant.

En observant ces petits êtres, nous avons beaucoup à apprendre. Nous devons retrouver notre cœur d’enfant, non pas en devenant insouciants, mais en étant heureux. En appréciant notre chance d’être bien vivant. En réapprenant à profiter de chaque moment de joie, aussi minime soit-il. En prenant le temps de nous arrêter et de sourire à la vie.

Il n’y a pas de truc universel pour le bonheur. Chacun doit trouver sa petite astuce bien à lui afin de l’aider dans cette quête. Je crois que profiter de l’instant présent, ne serait-ce que quelques minutes par jour, est un bon point de départ. Prendre le temps d’apprécier ce que nous avons, et en remercier la vie, au lieu de la blâmer pour ce que nous n’avons pas. Le chemin peut être parsemé d’embûches, mais tel un chercheur d’or, nous devons continuer de creuser encore et encore à l’intérieur de nous, afin de pouvoir libérer notre éclat au grand jour.

En prenant conscience que le changement doit provenir de l’intérieur, il n’y a plus d’inquiétude à avoir. Nous rayonnerons à nouveau, tel un enfant. Je vous le promets !

 

Janie Garneau

Janie Garneau

Pourquoi les petits combats? 

Ayant un trouble d’anxiété généralisé (mais contrôlé) et déjà deux dépressions à mon actif… le quotidien s’avère parfois être un combat! Mais chaque jour est un nouveau jour, avec son lot de surprises, de joies, de malheurs parfois. Rien de nouveau! Mais on a tellement tendance à oublier de profiter de chaque petit moment, bon ou mauvais, pour grandir toujours plus.
En ce début de 2018, j’ai choisi de tenter la pleine conscience. Profiter de chaque moment, du mieux que je peux. Aller de l’avant.

Janie Garneau